Motocultor 2022 : Une programmation qui pèse lourd ! (Partie 2)

Un programme qui pèse lourd ! (Partie 2)

-20% sur Guitar Pro avec le code : MZ2O

Pour cette édition 2022 du festival Motocultor, après une annulation en 2021, les groupes qui ont joué sur les quatre jours comprenaient du beau monde, avec une concentration plutôt Rock le jeudi, pour lequel nous n’étions pas présents, et trois jours ininterrompus de Metal du vendredi au Dimanche, avec de jeunes groupes à découvrir, mais aussi des poids lourds du genre, comme Leprous, Kreator, Tarja Turunen, Apocalyptica, Sick Of It All, Electric Callboy, Bury Tomorrow ou encore Behemoth, pour n’en citer que quelques-uns.

Comme nous l’avons vu dans le rapport de vendredi, la première journée métal a été remplie de musique de qualité, et le lendemain n’a pas fait exception comme vous le verrez ci-dessous.

Texte et photos par Tetralens (tetralens.com)

Samedi

La programmation a subi quelques changements et revirements, mais dans l’ensemble, les choses ont bien commencé avec le groupe The Dali Thundering Concept remplaçant Hypno5e. Une belle présence scénique même si le collectif a dû jouer devant un public encore peu nombreux.

Motoculteur 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

En revanche, la Supositor Stage, un peu à l’écart, baignée par la lumière du début d’après-midi, est envahie de monde, à savoir un panel de métalleux visiblement prêts pour la tornade Ten56. Cette performance (ainsi que celle du lendemain, car oui, les nouveaux maîtres du Deathcore français ont remplacé au pied levé Lorna Shore) est pour le moins lourd. Ce samedi, Aaron Matts, Luka Garotin, Arnaud Verrier, Quentin Godet et Steeves Hostin, ravagent la scène de leur énergie, et enflamment le public avec une succession de morceaux plus dévastateurs les uns que les autres. La fine équipe partage avec nous l’anniversaire d’Aaron, et l’anniversaire attendu de Luka, depuis la scène, inondant la foule de champagne, et avec une profusion de bonne humeur.

Motoculteur 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

Suite à ce set, j’ai la chance de discuter avec Quentin et Luka qui parlent de leur fierté d’appartenir à cette communauté très dynamique de la scène metalcore/deathcore française montante.

Motoculteur 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

De retour au Supositor Stage, je ressens la rage brute de Viscera, un groupe de deathcore britannique formé en 2019 qu’un ami m’a conseillé de ne pas manquer. Et effectivement, Jamie Graham et ses acolytes, dont certains ont fait un passage chez Heart Of A Coward, proposent un set puissant, avec un son marqué par des mélodies abouties soulignées par une structure rythmique efficace.

Motoculteur 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

On continue dans la même veine avec Benighted, un collectif français au parcours exemplaire. Ces Stéphanois épatent le public du Motocultor avec leur brutal deathcore (avec des variations de grindcore) et leur indéniable maîtrise scénique, via une setlist variée issue de leur vaste discographie, dont quelques compositions d’Obscene Repressed, leur dernier album, sorti en 2020.

Motoculteur 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

Changement assez radical de style pour le reste de la journée, avec Lost Society sur le Dave Mustage. Ces Finlandais se distinguent par un style à la croisée du Thrash Metal, du Heavy Metal, et un petit quelque chose en plus qui les distingue, une sorte de marque de fabrique qui se déploie autour d’un sens aigu de la mélodie. Sami Elbanna, guitariste et frontman survolté, et son groupe se renouvellent sans cesse et ne peuvent laisser personne indifférent. La générosité scénique sublime l’ensemble et on en redemande.

Motocultor 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

Après une petite pause, je bascule dans l’univers technique du Metal Progressif de Tesseract. Les Britanniques, qui sont une référence en la matière, ravissent à la fois les amateurs de djent et de groove metal. Car si finesse et précision technique sont des éléments centraux de leur identité, on note également une voix puissante et une écriture en constant renouvellement à l’empreinte hypnotique.

Motocultor 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

J’espère que ça ne vous dérange pas si je vous dis que j’ai préféré le son éthéré et enveloppant du métal atmosphérique d’Alcest à la performance survoltée de Didier Wampas ? Encore une fois, la sobriété de ce Black Metal, blackgaze, dont la force et la profondeur vous marquent sans mal, ne cesse de m’émouvoir à chaque fois. Les chansons sont présentées avec un sens de la mélodie mêlé à ce quelque chose d’inexplicable, qui vous plonge dans un spleen profond et dont la beauté donne le tournis.

Motocultor 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

Je continue la soirée dans une ambiance similaire, quoique marquée par plus de noirceur avec la performance de Cult Of Luna. Les Suédois plongent le Dave Mustage dans un univers Post-Metal aux passages puissants et lents, le tout selon une expression instrumentale vibrante, qui sonde les recoins les plus sombres de l’âme. Une très belle production qui donne vie à ce bijou d’album qu’est The Long Road North sorti en 2022.

Motocultor 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

Ma curiosité m’amène alors vers le set de Batushka, un black metal orthodoxe cérémonial étrange et hypnotique. Ces Polonais livrent un moment suspendu, réfléchi, mesuré, froid, qui laisse le public scotché à une performance aussi construite qu’énigmatique.

Motocultor 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

J’ai ensuite la chance d’assister à une partie de la sublime performance de Perturbator, qui a réuni beaucoup de monde autour de la scène en fin de soirée.

Motocultor 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

Le samedi se termine avec Apocalyptica, ces génies du métal classique et symphonique de Finlande. Les violoncelles sont à l’honneur et magnifient un répertoire composé soit de leurs propres compositions, soit de reprises comme celles qui les ont rendus célèbres il y a quelque temps. La maîtrise technique de ces musiciens hors pair compense un léger manque d’interaction avec le public.

Motocultor 2022 : Un programme qui pèse lourd !  (Partie 2)

La suite au prochain épisode…

À propos de Tetralens

Cet article a été écrit par Tetralens, qui est également le propriétaire de toutes les photos que vous avez vues ci-dessus.

Tetralens est un photographe basé à Paris. Si vous souhaitez discuter avec elle de son travail et/ou collaborer avec elle, vous trouverez toutes ses informations ci-dessous !

TETRAlens rassemble toutes les expressions de mon travail photographique, récent ou datant de plusieurs années. Je présente principalement un extrait de mes captures de concerts live, principalement de la scène Metal et Rock, ainsi qu’un petit aperçu de mes autres sujets photographiques, comme les paysages, les détails et l’architecture. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu capter à travers mon objectif ce que mes yeux voulaient immortaliser : la netteté d’une lumière, la force d’un instant, la douceur d’un regard, l’énergie d’un instant, ces choses qui rendent le monde plus beau. Dès mon plus jeune âge, cette passion m’a suivi dans mon quotidien ou dans mes voyages, mon regard regardant constamment la nature, les villes et les gens comme une source d’inspiration pour nourrir mon expression artistique. Le canal le plus emblématique étant la musique live, les événements à travers lesquels l’humain est vecteur des vibrations les plus positives.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.