Revue NBA 2K23 par jeuxvideo.com

Revue NBA 2K23 par jeuxvideo.com

L’inquiétude est présente chaque année pour les fans de basket non en possession d’une PS5 ou d’une Xbox Series : comment sera la version de NBA 2K23 sur PC, Switch, PS4 et Xbox One ? Habituellement en dessous en termes de contenu et de puissance graphique et technique, focus sur la version old gen de NBA 2K23, un jeu dédié au grand Michael Jordan.

Test de la version ancienne génération

Ce test reprend les mêmes trois derniers paragraphes concernant le contenu du Jordan Challenge, le mode MyTeam et le système de monnaie virtuelle que notre test sur la version PS5 et Xbox Series sortie à la sortie du titre, car ils sont identiques (les screenshots de ces pièces ne sont donc pas conformes et ne doivent pas être prises en compte graphiquement.

NBA 2K23 prend un compteur magistral sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC !

Graphiquement, on est loin de la PS5

C’est malheureusement un coup logique, NBA 2K23 version Switch, PS4 et Xbox One n’atteint pas les standards graphiques et techniques de la version dernière génération. On ne profite pas des temps de chargement quasi inexistants, des effets de lumière éblouissants ou des modèles plus vrais que nature. Logic sur console, mais sur PC ? Encore une fois, la plateforme n’est pas incluse dans le lot des versions dernière génération de NBA 2K avec la PS5 et la Xbox Series, un choix qui ne fait qu’augmenter la grogne des PCistes saison après saison. De plus, les animations incroyablement variées sur la version supérieure ne bougent pas vraiment ici, de quoi donner une impression de déjà-vu dans le gameplay de l’opus précédent.

Cependant, une modification majeure est à prendre en compte pour ravir les frustrés de la “méta”, à savoir les stratégies pour exploiter les failles du jeu quand on passe beaucoup de temps à s’entraîner. Un dribbleur ne peut tenter un dribble explosif que 3 fois par possession, sous peine d’être faible à l’arrivée sur la dernière tentative. Il faudra cette saison jouer collectivement, et pas seulement utiliser la liaison leader-pivot. Idem pour les intercepteurs fous en défense, qui ne peuvent tenter que trois interceptions ou trois sauts avant de rendre les tentatives ultérieures beaucoup moins efficaces. Concernant le coup, c’est comme sur next-gen : alors qu’auparavant une animation vert fluo accompagnait un timing et un coup parfait dès le départ du ballon, indiquant à tout le monde que le coup allait rentrer, cette animation n’intervient désormais qu’au plus vite au fur et à mesure que le ballon touche le panier ou rentre dedans. Idem pour les indications de défense et de timing imparfait si vous avez coché l’option dans les paramètres. Sachant que le timing est plus exigeant que la saison dernièrenous vous conseillons de retirer la jauge de tir dans les réglages pour avoir un bonus de tir en cas de bon timing, et de ne donner aucune indication à l’équipe adverse qui ne déclenchera pas directement une contre-attaque en cas de jauge manquée.

Quand la carrière nous emmène en bateau

NBA 2K23 prend un compteur magistral sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC !

Bienvenue sur le Bateau GOAT

Du côté du mode Ma Carrière, c’est là encore très différent du penchant pour la PS5. Mais (trop ?) similaire à la version ancienne génération de NBA 2K22. Nous sommes toujours dans un bateau de croisière, le “bateau GOAT” certes un peu moins labyrinthique et mieux agencé que sur NBA 2K22, mais avec un système de quêtes toujours aussi fastidieux. Des cinématiques, avec le même scénario que sur Xbox Series, se succèdent avant les matchs et selon la quête principale, avec une rivalité avec Shep Owen, un joueur choisi en milieu de Draft comme vous et au même poste. Les possibilités du mode sont encore assez conséquentes, mais on ne retrouve pas le Théâtre et ses différents modes temporaires, c’est une des déceptions du soft qui aurait pu avoir sa place dans ces versions. En termes de menus Carrière, c’est à peu près le même que la saison dernière, tout comme la progression des joueurs en termes d’attributs et de badges. Donc tout aussi lent à monter avec la quasi-obligation d’acheter du VC pour progresser rapidement (voir le dernier paragraphe).

Contenu bien en dessous de la version PS5 et Xbox Series…

Dans les autres modes, comprenez Ma Ligue, et non Ma NBA comme sur PS5. Nous incarnons un gestionnaire de franchise avec un système de ligue configurable à 200%, mais sans l’ajout exceptionnel de nouvelle génération. Même si on a pu intégrer des joueurs historiques via Fantasy Draft avant la saison, désormais un choix de décennie s’impose sur PS5 et Xbox Series : les années 80 avec Magic Johnson et Bird, les années 90 des Bulls de Jordanie, les années 2000 avec Kobe Bryant, ou l’ère moderne dominée par les guerriers. Toutes les équipes et le staff sont ajustés au temps, aux skins TV de l’époque, aux identités visuelles de chaque franchise… Une nouveauté non incluse sur PC, PS4, Xbox One et Switch comme le Wle mode carrière féminin, qui est un gros point faible dans la variété des contenus.

Le retour de Michael Jordan

NBA 2K23 prend un compteur magistral sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC !

Le GOAT a son mode dédié

Concernant le pan solo de l’itération, Take-Two a parfaitement respecté l’aspect hommage à Michael Jordan en sortant au placard le mode Jordan Challenge. Déjà présent sur NBA 2K11 (avec 10 défis), c’est une succession de défis où l’on revit les 15 matchs les plus importants de la carrière de MJ. Avec 3 objectifs à remplir par rencontre, c’est aussi l’occasion de (re)découvrir l’immense carrière de His Airness avec les règles et skins TV de l’époque et via des effets visuels propres aux anciens téléviseurs. Une sorte de “The Last Dance” avec une musique Sirius d’Alan Parsons Project en fond sonore (la musique d’entrée des Chicago Bulls) avec des défis particulièrement relevés (marquer 63 points contre Boston, obtenir 8 rebonds en finale universitaire, etc.).

Coop en mode MyTeam

NBA 2K23 prend un compteur magistral sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC !

Le mode My Team est toujours ultra-complet

Si le jeu de cartes MyTeam, similaire aux jeux “Ultimate Team” des autres simulations sportives, ne change pas radicalement de formule, il s’améliore sur plusieurs points. Tout d’abord, il est désormais possible de jouer en coop dans MyTeam dans Triple Threat (match 3 contre 3, équipe première à 21 points). Chaque membre de l’équipe joue avec un joueur NBA acquis sur la carte, une belle avancée et une bonne alternative à la Carrière, puisqu’on contrôle cette fois un joueur NBA actuel ou historique. Autre nouveauté, la possibilité de « bloquer » un poste, c’est-à-dire de ne contrôler qu’un seul joueur tout au long du match et de laisser le contrôle des coéquipiers à l’ordinateur. Utile si vous n’êtes pas à l’aise pour contrôler toute l’équipe, si vous souhaitez progresser dans un poste ou gagner un défi pour améliorer la carte du joueur. Pour le reste, la durée de vie est cohérente avec les nombreux défis online/solo, les saisons classiques où l’on affronte des adversaires de même niveau sans contrainte (MyTeam illimité) ou avec des contraintes d’équipe à respecter (MyTeam limité) et donc le 3 contre 3 éventuellement en coopérative.

La couleur de l’argent

NBA 2K23 prend un compteur magistral sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC !

Certains matchmaking peuvent entraîner des matchs trop déséquilibrés

Là où le bât blesse dans cette édition, et ce n’est malheureusement pas une surprise, c’est au niveau de la monnaie virtuelle. Comme les derniers titres de la licence, il faudra plus de 260 000 VC pour faire passer un joueur de 60 à 85 en note générale soit 60€ en VC. Le tout sans dépenser d’argent en mode MyTeam ! La nécessité de trouver le bon archétype du premier coup est donc cruciale. A noter que cette saison la quête “rebirth” permettant de refaire un joueur et de l’élever directement au niveau 90 si vous avez suffisamment de VC est disponible en élevant son premier basketteur à 90 et en remportant une partie de cache-cache avec Ronnie 2K. Pour finir sur les zones d’ombre, le matchmaking de carrière pour les modes REC ou Pro-Am est toujours limité, déséquilibré avec des affrontements et des combinaisons de postes virant parfois au cauchemar. Mais avec les nombreuses satisfactions apportées par l’opus, on passera pour cette fois.

NBA 2K23 prend un compteur magistral sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC !NBA 2K23 prend un compteur magistral sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC !

Points forts

  • Durée de vie substantielle
  • Ajout d’un nouveau système de fatigue
  • Le système de tir, un timing plus exigeant et juste
  • Le retour du Jordan Challenge, prenant
  • Mon équipe gagne en profondeur
  • Nouveaux décors en mode carrière…

Points faibles

  • … mais toujours un système de quête fastidieux
  • Le PC non inclus dans la plateforme nouvelle génération
  • Mon mode NBA pas aussi complet que sur PS5 et Xbox Series
  • Moins d’animations
  • Le W pas assez amélioré
  • Le besoin de VC a encore augmenté
  • Pas de refonte du matchmaking

C’est une petite déception pour tous ceux qui attendaient un opus renouvelé sur PS4, Xbox One, PC et Switch. NBA 2K23 ne change guère de contenu par rapport à NBA 2K22, si ce n’est au niveau de l’aménagement du Boat Goat, du cadre du mode Carrière ou de l’ajout du mode coopératif dans le mode My Team. Heureusement, l’ajout du nouveau système défensif et d’un tir plus précis, exigeant et réaliste sauve les meubles, sans compter les dizaines d’heures à passer sur le titre pour les néophytes. On espère un gros effort pour les saisons suivantes, car c’est la première fois qu’il y a un écart aussi abyssal entre l’ancienne génération et les versions PS5-Xbox Series.

5.5

Avis des lecteurs (8)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.