netflix

25% des abonnés souhaitent résilier leur abonnement

Netflix devrait continuer à perdre des abonnés. Selon une étude, un quart des clients américains souhaitent résilier leur abonnement. Les abonnés pointent plusieurs facteurs, dont la hausse des prix.

Reviews.org, une société à but non lucratif spécialisée dans les tests de produits et services, a interrogé 1 000 Américains sur leurs habitudes de streaming. Selon l’enquête, la personne moyenne est abonnée à quatre services de VOD différents.

Sans surprise, Netflix est le service de streaming le plus populaire aux États-Unis. 77% des répondants souscrit à un abonnement Netflix. C’est aussi la plateforme la plus regardée dans les foyers américains, devant HBO Max et Disney+.

“70 % des personnes interrogées regardent Netflix le plus souvent, ce qui signifie que le service est plus utilisé que tout autre service de streaming”souligne le rapport de Reviews.org.

Malgré sa grande popularité, Netflix connaît une érosion de sa clientèle. Au cours du deuxième trimestre de l’année, le service a été déserté par 970 000 abonnés. Au cours du trimestre précédent, plus de 200 000 clients dans le monde avaient déjà résilié leur abonnement. Depuis le début de l’année, 1,2 million d’abonnés ont donc renoncé la plateforme.

Selon le rapport de Reviews.org, l’exode des abonnés Netflix devrait durer. Un abonné sur quatre envisage de résilier son abonnement d’ici la fin de l’année. Autrement dit, Netflix pourrait bientôt être privé de 25% de sa clientèle américaine.

À lire aussi : Netflix compte sur la mort des chaînes TV pour relancer sa croissance

Augmentation de prix à répétition

Plus de 40% des abonnés qui envisagent de résilier leur abonnement estiment que le service est devenu trop cher. Ces dernières années, Netflix a progressivement augmenté ses prix. En France, le catalogue est désormais disponible au prix de départ de 8,99 € par mois. L’offre la plus complète, avec la 4K et plusieurs écrans simultanément, est désormais au prix de 17,99 € par mois. Une augmentation similaire a été appliquée dans d’autres pays, dont les États-Unis. Netflix attribue cette énième hausse au partage de compte, une pratique répandue qui pèserait lourdement sur ses revenus.

La conclusion de Reviews.org est partagée par les analystes d’Attest, une société de recherche sur les consommateurs, rapporte Forbes. Le PDG de la société, Jeremy King, déclare que les abonnés sont « actuellement très sensible » aux hausses de prix, même les plus minimes. 19% des abonnés Netflix qui envisagent de résilier leur forfait pointent du doigt l’inflation et l’augmentation générale du coût de la vie.

“Cela pourrait expliquer la baisse subséquente de l’audience sur la plateforme au dernier trimestre, d’autant plus que les pressions inflationnistes ont encore réduit le pouvoir d’achat et les revenus des Américains.”explique le dirigeant d’Attest.

Notez que Netflix reste le service VOD le plus cher du marché américain. Comme le souligne Reviews.org, le coût mensuel moyen d’un abonnement aux États-Unis est de 15,15 $. De son côté, HBO Max coûte en moyenne 12,49 dollars, contre 7,99 dollars pour Disney+.

Pour répondre à l’hémorragie de sa base d’abonnés, Netflix a prévu de lancer un abonnement abordable soutenu par la publicité. Cette offre serait proposée à un prix mensuel compris entre 7 et 9 dollars. Il serait donc légèrement moins cher que le forfait standard courant de Netflix, au prix de 9,99 $ aux États-Unis. Notez que cet abonnement ne donnera pas accès à l’intégralité du catalogue Netflix. De plus, certaines fonctions, comme le téléchargement hors ligne de films et de séries, ne seraient pas proposées. Le plan serait déployé d’ici la fin de l’année dans certains pays.

Cependant, le prix n’est pas le seul facteur qui pousse les abonnés à quitter le navire. En effet, 21% des déserteurs regrettent de ne plus trouver le programme qu’ils souhaitent sur la plateforme. Dernièrement, de nombreux contenus ont disparu du catalogue. Warner Bros rapatrie en effet pléthore de films et de séries pour enrichir son propre service. Des programmes cultes, comme Fight Club, Un prince à New York, Man of Steel ou la trilogie Hobbit s’apprêtent également à sortir du catalogue le 30 septembre.

La rareté des nouvelles productions Netflix a également contribué au désamour des abonnés. La crise sanitaire a en effet contraint le géant de la VOD à reporter le tournage de plusieurs productions attendues. C’est notamment le cas de Stranger Things, dont la saison 4 n’est sortie qu’en 2022, soit trois ans après la saison 3. De facto, le catalogue n’a pas été suffisamment approvisionné pendant plusieurs mois pour soutenir la croissance. .

Le marché de la VOD, un secteur devenu très concurrentiel

Bien sûr, Netflix souffre également de la montée de la concurrence. Alors que Netflix continue de perdre des clients, un service comme Disney+ attire de plus en plus d’abonnés. La plateforme du géant Disney a récemment passé le cap des 137 millions de membres dans le monde, malgré l’annonce d’une future hausse de prix.

Pour Jeremy King, la vague de désabonnements qui touche le leader de la VOD indique aussi « la fin potentielle du monopole de Netflix sur l’industrie du streamingg ». Dans ce contexte, les services alternatifs, comme Disney+, HBO Max ou encore Hulu, pourraient trouver une place plus conséquente.

“La concurrence n’a jamais été aussi féroce”souligne Jeremy King.

Face à cette concurrence féroce, Bog Iger, ancien PDG de Disney, est convaincu que toutes les plateformes ne réussiront pas à bien faire. Selon lui, il y a actuellement trop d’acteurs sur le marché. Tout en considérant que « Netflix continuera à prospérer » malgré ses inquiétudes actuelles, il prophétise la disparition de certains concurrents dans les années à venir.

La source :

Avis.org

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.